Journées internationales d'Analyse statistique des Données Textuelles
7-10 juin 2016 Nice (France)
Mais où sont donc les femmes ? À la recherche de formes doubles dans un corpus de textes administratifs suisses
Eva Schaeffer-Lacroix  1@  
1 : Laboratoire "Centre de linguistique en Sorbonne"  (CeLiSo)  -  Site web
Université Paris-Sorbonne - Paris IV : EA7332
Maison de la Recherche 28, rue Serpente 75006 PARIS -  France

Abstract en anglais

Through the adoption of the language law 2007, the Swiss government reaffirms its commitment to gender-sensitive language use in its official texts of administrative nature. This law corroborates and specifies article 8 about "Equality before the law" (Federal Constitution of the Swiss Confederation), complemented in 1981 by the aspect "gender equality". The quantitative research needs of a project about language change in Swiss administration discourse motivated the creation of the multilingual three-part corpus Bundesblatt/Feuille fédérale/Foglio federale. This corpus contains documents published by the Swiss Federal Council between 1849 and 2014, and it can be searched with the help of the corpus management system CQPweb (Evert, 2010). The project focusses on common personal nouns. Our paper presents a study about non-shortened paired nouns referring to people, such as Verkäuferinnen und Verkäufer [saleswomen and salesmen] in the German Bundesblatt corpus. This pattern is considered as one of the suited linguistic means to display the co-presence of women and men in German texts. The retrieval of such paired nouns in the corpus is hindered by the graphic identity between certain personal nouns and proper nouns or between personal nouns and common nouns which are not referring to people. This implies that the employed search method should help to eliminate the highest possible proportion of results which, for semantic reasons, are considered as not relevant. Amongst other discoveries, we detected a significant distributional difference between both possible noun word orders. Our results support the idea that the declared intention of the Swiss government to guarantee the visibility of women in its official administrative texts matches well with some aspects of gender-friendly language use attested in the Bundesblatt.

Abstract en français

En adoptant en 2007 la Loi sur les langues, le gouvernement suisse s'engage à favoriser la formulation non sexiste dans les textes administratifs qu'il fait publier. Cette loi est une sorte de piqûre de rappel du chantier engagé depuis 1981, année de l'inscription de l'égalité des hommes et des femmes dans l'article 8 de la constitution fédérale de la Confédération suisse. En lien avec un projet portant sur les caractéristiques diachroniques et synchroniques du langage administratif suisse, un corpus multilingue a été créé afin d'appuyer les recherches qualitatives de l'équipe par des recherches quantitatives. Il contient des documents publiés par la Chancellerie suisse entre 1849 et 2014 (Bundesblatt/Feuille fédérale/Foglio federale). Ses trois parties peuvent être interrogées séparément à l'aide du système de gestion de corpus CQPweb (Evert, 2010). Le projet porte en particulier sur les noms communs de personnes. Notre communication s'intéresse à la présence de formes doubles intégrales, telles que Arbeitnehmerinnen und Arbeitnehmer [salariées et salariés] dans le Bundesblatt, le volet allemand du corpus. Ce pattern est considéré comme l'un des moyens linguistiques les plus adéquats pour rendre visible la co-présence des femmes et des hommes dans des textes rédigés en langue allemande. L'identification de ces formes dans le corpus se heurte au fait que leurs constituants peuvent être des homonymes de noms propres ou de noms communs désignant autre chose que des personnes. Il s'agit donc d'élaborer une méthode de recherche permettant d'écarter le mieux possible les résultats non désirés, principalement du point de vue sémantique. Nous avons, entre autres, découvert une distribution inégale significative entre les deux ordres syntaxiques possibles. Nous interprétons les faits observés comme des indices suggérant une adéquation entre la volonté de l'administration suisse de renforcer la visibilité des femmes et l'usage linguistique attesté dans les textes qu'elle diffuse via le Bundesblatt.


Personnes connectées : 2