International Conference on Statistical Analysis of Textual Data
7-10 Jun 2016 Nice (France)
Stemma codicum d'un corpus de « Chain Letters »
Marc Le Pouliquen  1@  
1 : Laboratoire des sciences et techniques de l'information, de la communication et de la connaissance  (Lab-STICC)  -  Website
Université de Bretagne Sud (UBS), Université de Bretagne Occidentale (UBO), CNRS : UMR6285
Technopole Brest Iroise BP 832 29285 BREST CEDEX -  France

Qui n'a pas le souvenir, avant l'arrivée des nouvelles technologies, d'avoir participé à une lettre de chaîne ? Pour ma part, j'avais reçu un courrier dont le message contenait une injonction de prendre part à une chaîne de lettres. Il suffisait d'envoyer ce message à dix de mes amis et de renvoyer de l'argent (une petite valeur) à trois personnes en amont dans la chaînes et dont le nom et l'adresse se situait dans le courrier. Si personne ne rompait la chaîne, je recevrais en retour une importante somme d'argent provenant de toutes les personnes situées en aval et liée à la croissance exponentielle du nombre de ces personnes. Ces lettres de chaînes ont des motivations diverses : argent, chance, religion, amour, et elles ont évoluées vers les courriels avec l'arrivée des nouvelles technologies. Dans cet article, nous nous intéresserons à un corpus de lettres de chaîne traditionnelle récupérée par Bennett entre les années 1980 et 1995 et motivée par la chance. Dans son article Bennet propose de classifier ces lettres par un arbre censé représenter la filiation « au sens de la copie » entre les différentes lettres. C'est un travail similaire à celui de l'éditeur critique qui trie les différents manuscrits en recherchant les différences entre les versions du même texte afin d'établir une filiation entre eux. Par cette méthode due à Lachmann (Lachmann et al., 1876), l'éditeur peut dresser un arbre généalogique de cette filiation que l'on nomme stemma codicum. Depuis vingt ans, de nombreuses méthodes informatiques sont apparues pour résoudre plus efficacement ce problème (cf. Le Pouliquen M., 2011), inspirées principalement des méthodes phylogénétiques comme celle qu'a utilisée Bennett. Malheureusement, ces méthodes restent peu employées par les éditeurs critiques généralement littéraires non scientifiques et dont la méthode de construction du stemma codicum est pour eux généralement artificielle et peu interprétable. Dans cet article, nous proposons à l'éditeur de bâtir sa filiation de façon traditionnelle. Ce stemma codicum est alors confronté au corpus des textes (manuscrits ou ici les lettres) afin d'en tirer des incohérences philologiques issues des méthodes de Don Quentin (Quentin, 1926) et de Lachmann. Nous proposerons alors à l'éditeur d'observer les branches de sa filiation qui semblent les plus contradictoires, et ceci par une information philologique qu'il pourra alors utiliser. Lachmann K., Müllenhoff K. (Karl) et Vahlen J. (1876). Kleinere schriften von Karl Lachmann. Berlin G. Reimer. Le Pouliquen M. (2011). Mathématiques et sciences humaines - Mathematics and social sciences. Mathématiques et sciences humaines. Mathematics and social sciences, (192), 57-91. Quentin H. (1926). Essais de critique textuelle (ecdotique). Paris : A. Picard. Consulté à l'adresse http://catalog.hathitrust.org/Record/001933116


Online user: 1